Catégories
PHH

John Lewis

Together, You Can Redeem the Soul of Our Nation
https://www.nytimes.com/2020/07/30/opinion/john-lewis-civil-rights-america.html

Bien que mon temps ici arrive maintenant à sa fin, je veux que vous sachiez que dans les derniers jours et les dernières heures de ma vie, vous m’avez inspiré. Vous m’avez rempli d’espoir pour le prochain chapitre de la grande histoire américaine, en utilisant votre pouvoir pour faire une différence dans notre société. Des millions de personnes simplement motivées par la compassion humaine ont rejeté la division. Partout dans le pays et dans le monde, vous avez mis de côté la race, la classe sociale, l’âge, la langue et la nationalité pour demander le respect de la dignité humaine.

C’est pour cette raison que je devais me rendre au Black Lives Matter Plaza à Washington, même si j’ai été admis à l’hôpital le jour suivant. Il fallait que je voie et ressente moi-même qu’après de nombreuses années de témoignage silencieux, la vérité continue de marcher.

Emmett Till était mon George Floyd. Il était mon Rayshard Brooks, Sandra Bland et Breonna Taylor. Il avait 14 ans lorsqu’il a été tué, et je n’avais que 15 ans à l’époque. Je n’oublierai jamais le moment où il est devenu évident qu’il aurait pu facilement s’agir de moi. A cette époque, la peur nous serrait comme une prison imaginaire, et les barreaux de cette prison étaient des pensées troublantes de brutalité potentielle commise sans raison compréhensible.

Bien que je fusse entouré de deux parents aimants, de nombreux frères, sœurs et cousins, leur amour ne pouvait pas me protéger de l’oppression inhumaine qui m’attendait juste en dehors de ce cercle familial. La violence illimitée et la terreur sanctionnée par le gouvernement avaient le pouvoir de transformer une simple promenade au magasin pour des Skittles ou une promenade matinale innocente sur une route de campagne isolée en un cauchemar. Si nous voulons survivre en tant que nation unifiée, nous devons découvrir les racines de ce qui pourrait si facilement pousser à voler à l’église Mère Emanuel en Caroline du Sud ses meilleurs et plus brillants membres, tirer sur des spectateurs innocents à Las Vegas et étouffer à mort les espoirs et les rêves d’un violoniste doué comme Elijah McClain.

Comme tant de jeunes aujourd’hui, je cherchais un moyen de m’en sortir, ou plutôt d’y entrer, et j’ai entendu la voix du Dr Martin Luther King Jr. sur une vieille radio. Il parlait de la philosophie et de la discipline de la non-violence. Il disait que nous sommes tous complices lorsque nous tolérons l’injustice. Il disait qu’il ne suffisait pas de dire que les choses s’amélioreront de jour en jour. Il disait que chacun de nous a l’obligation morale de se lever, de s’exprimer et de parler. Lorsque vous voyez quelque chose qui n’est pas juste, vous devez dire quelque chose. Vous devez faire quelque chose. La démocratie n’est pas un État. C’est une action, et chaque génération doit faire sa part pour aider à construire ce que nous avons appelé la Communauté bien-aimée, une nation et une société mondiale en paix avec elle-même.

Des gens ordinaires possédant une vision extraordinaire peuvent libérer l’âme de l’Amérique en se mettant dans ce que j’appelle des bons problèmes, des problèmes nécessaires. Le vote et la participation au processus démocratique sont essentiels. Le vote est l’agent de changement non violent le plus puissant dans une société démocratique. Vous devez l’utiliser car il n’est pas garanti. Vous pouvez le perdre.

Vous devez également étudier et tirer les leçons de l’histoire parce que l’humanité est engagée depuis très longtemps dans cette lutte existentielle et douloureuse. Des gens de tous les continents ont été à votre place, des décennies et des siècles avant vous. La vérité ne change pas, et c’est pourquoi les réponses qui ont été trouvées il y a longtemps peuvent vous aider à trouver des solutions aux défis de notre temps. Continuez à construire une union entre les mouvements qui s’étendent à travers le monde, car nous devons mettre de côté notre désir de profiter de l’exploitation des autres.

Même si je ne suis pas ici avec vous, je vous invite à répondre à la demande la plus importante de votre cœur et à vous battre pour ce que vous croyez sincèrement. Dans ma vie, j’ai fait tout ce que j’ai pu pour prouver que la route de la paix, la route de l’amour et de la non-violence est la meilleure. À présent, c’est à votre tour de laisser sonner la liberté. Lorsque les historiens prendront leur plume pour écrire l’histoire du 21e siècle, laissez-les dire que c’est votre génération qui a enfin rejeté la haine et que la paix a finalement triomphée contre la violence, l’agression et la guerre. Je vous dis donc, frères et sœurs, marchez avec le vent, et laisser l’esprit de la paix et la puissance de l’amour éternel vous guider.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *